Message du Président de l’ITF

Promouvoir le Taekwon-Do ITF en tant que véritable art martial



General Choi Hong Hi presented his book to American senators

Pendant 16 jours le mois prochain, l’attention des millions de personnes à travers le monde se posera sur les Jeux olympiques ayant lieu à Pékin (Chine). Le Taekwon-Do WTF est un des sports olympiques et dans ce contexte, il sera présenté comme un sport au même titre que tous les autres. En réfléchissant aux olympiques, je me suis demandé comment le Taekwon-Do ITF pouvait être identifié comme un véritable art martial.

Si nous pratiquions le Takwon-Do ITF seulement comme un sport – si nous avions comme principal objectif de gagner des médailles, et que nous oublions la dimension du Do et l’esprit des arts martiaux – pourrions-nous quand même dire que nous pratiquons un art martial? Certainement pas! Plusieurs arts martiaux utilisent le mot « Do » dans leur nom, mais n’enseignent pas nécessairement le « Do », la philosophie qui devrait servir de guide aux adeptes d’arts martiaux.

Les membres de l’ITF savent que le Taekwon-Do est bien plus qu’un sport. Au tout début, notre fondateur Général Choi Hong Hi faisait la promotion du Taekwon-Do comme art martial dans l’armée sud-coréenne. Il insistait beaucoup sur le conditionnement physique et les techniques de combats. Plus tard, il a réalisé que le Taekwon-Do pouvait avoir une influence positive sur des gens de tous âges et toutes nationalités. L’ITF a été fondée en 1966 afin de répandre cet art à travers le monde.

De nos jours, l’ITF continue de porter l’héritage de notre fondateur et remplit sa mission de promouvoir le Taekwon-Do en tant qu’art martial à part entière. Les membres de l’ITF apprennent à développer les quatre facettes du Taekwon-Do : un sport, un art martial, un mode de vie et un outil de développement social. En nous acharnant à développer ces quatre facettes, nous devenons de vrais artistes martiaux.


L’image publique des arts martiaux

Quelle est l’image publique des arts martiaux? Que pensent les gens des arts martiaux? D’où viennent leurs informations sur les arts martiaux? Reçoivent-ils des informations justes et précisent? Est-ce que l’image publique les attire? Voient-ils les arts martiaux comme une activité qu’ils sont incapables de pratiquer?



Même si le nombre total d’adeptes d’arts martiaux à travers le monde augmente constamment, je déplore le fait que trop de gens forment encore leur opinion des arts martiaux sur ce qu’ils voient dans les films. À l’occasion, ils ont la chance de voir des athlètes d’élite à la télévision, mais l’impact global des films est beaucoup plus grand. Il s’agit surtout de films d’action qui insistent sur des mouvements spectaculaires, ou bien de comédies dans lesquelles les adeptes d’arts martiaux sont peints à l’écran comme des vieux fous ou des héros malgré eux.

Dans certains arts martiaux, l’entraînement « à la dure » est très important. Ils croient que c’est la seule façon de devenir un combattant de pointe. Il est donc compréhensible que ces arts martiaux n’attirent pas de grandes foules.

Il y a aussi certains films qui tracent un portrait plus juste des arts martiaux anciens. Un bon exemple est « Tigres et dragons », réalisé par Ang Lee, qui a remporté plusieurs distinctions, dont un Oscar pour le meilleur film étranger.

Je recommande aussi le film « Le dernier Samouraï ». Le film est fictif, mais basé sur des faits réels qui se sont produits au 19e siècle au Japon. Tom Cruise incarne un soldat américain implique dans la communauté des samouraïs et qui apprend tranquillement à comprendre et apprécier leur code de conduite et leur mode de vie.

Ces deux films respectent l’esprit des arts martiaux traditionnels et nous aident à en comprendre les fondements philosophiques ainsi que leur code de conduite. En regardant ces films, peut-être aurez-vous envie d’approfondir vos connaissances et votre compréhension du monde impressionnant des arts martiaux.


La réalité

Les membres de l’ITF savent que le Taekwon-Do peut être bénéfique pour tous :

  • ceux qui s’intéressent à la compétition ont un grand réseau d’événements qui s’offrent à eux ;
  • ceux qui souhaitent garder la forme peuvent le faire grâce au programme complet du Taekwon-Do ITF ;
  • ceux qui veulent apprendre à se défendre peuvent le faire grâce aux techniques efficaces d’autodéfense enseignées dans notre programme;
  • tous peuvent donc y trouver leur compte et bâtir leur confiance basée sur leur apprentissage.

Le fait d’apprendre le Do nous prépare à affronter le quotidien avec une approche morale basée sur des valeurs universelles.

L’image que se fait le public des arts martiaux n’a rien à voir avec le mode de vie des membres de l’ITF. Ils vivent une vie normale : ils vont à l’école, ils peuvent avoir une carrière, ils passent du temps à s’entraîner et à enseigner. Certains font carrière dans l’enseignement. Ils prennent soin de leur famille, ils ont une vie sociale active et satisfaisante. Chaque aspect de leur vie est bonifié par la pratique du Taekwon-Do et en appliquant les principes du Do.

Évidemment, une vie « normale » ne ferait pas un très grand film, c’est pourquoi je crois que nous ne verrons pas cette réalité bientôt sur les grands écrans.

Cela veut dire qu’il n’en tient qu’à nous de démontrer aux gens autour de nous les bienfaits que la pratique du Taekwon-Do a sur nos vies. En vivant la voie du Taekwon-Do et étant un citoyen productif, vous pouvez vivre d’une vie exemplaire d’un artiste martial.


Les arts martiaux dans l’histoire

Il est impossible de dire avec précision où et quand furent développés les premiers arts martiaux. Nous savons que des membres de diverses civilisations anciennes utilisaient des techniques de combat armé et à mains nues pour leur défense et dans leurs activités de chasse et de pêche. Il est généralement accepté que les premiers systèmes de combats furent développés en Asie il y a de ça plusieurs siècles.

Le développement des arts martiaux a été grandement influencé par des philosophies orientales telles celles de Confucius, de Lao Tzu et du Bouddha. L’objectif des premiers artistes martiaux était de pouvoir vivre en harmonie avec la nature ainsi qu’avec certains principes moraux.

Le Temple de Kung Fu Shaolin dans la province de Henan est un lieu légendaire où est né le plus ancien art martial chinois. Le moine Bodhidharma, un moine qui a vécu au 5e siècle, en était le dirigeant. Bodhidharma a eu une grande influence sur le développement des arts martiaux orientaux grâce à sa philosophie; il enseignait que l’entraînement physique, intellectuel et spirituel était nécessaire pour atteindre l’illumination et la sagesse.


Des moines à l’entraînement au Temple Shaolin

Chaque art martial s’est développé indépendamment, se basant sur l’expérience et sur l’enseignement visionnaire d’un maître notoire. Les arts martiaux peuvent être reconnus par leurs styles de combats, même s’il y eut plusieurs tentatives de standardisation par la voie de compétitions ou de sommet où se réunissaient les dirigeants des principaux arts martiaux.



Bodhidharma


Chevaliers Hwa-Rang au 7e siècle

Les arts martiaux furent développés dans plusieurs pays ayant un dirigeant monarchique. Ces dirigeants avaient besoin de subalternes avec de bonnes aptitudes de combat pour les protéger. Des artistes martiaux ont fait carrière comme guerriers et comme gardes du corps pour ces riches et puissants. Plusieurs étaient des hommes honorables, alors que d’autres utilisaient les arts martiaux à mauvais escient, devenant des hors-la-loi.

Au cours de la première moitié du 20e siècle, les arts martiaux étaient surtout pratiqués par l’armée royale ou les forces de l’ordre telle la police.

Général Choi a créé le Taekwon-Do en combinant ses meilleures connaissances en Taekyon et en Karaté Shotokan en un nouveau système de combat utilisant les pieds et les mains (armes corporelles). Il a développé de nouvelles théories en se basant son entraînement militaire et sur des recherches scientifiques. Cependant, Général Choi était aussi déterminé à ce que son nouvel art martial soit fondé sur les bases de philosophies d’anciens penseurs orientaux et sur les codes de conduites d’arts martiaux existants.

Le groupe Hwa-Rang a également eu une grande influence sur le développement de la philosophie du Taekwon-Do. En coréen, Hwa-Rang veut dire « jeunesse florissante ». Il s’agit d’un groupe ancien de jeunes chevaliers durant la Dynastie de Silla. Leur code de conduite est légendaire par son incarnation du vrai esprit des arts martiaux. Le groupe Hwa Rang Do insiste que ses membres fassent toujours preuve d’honneur et d’humilité.

C’est dans l’esprit de ces philosophes anciens que notre fondateur, général Choi Hong Hi, a développé le serment de l’adepte et le credo. Récemment, notre groupe de travail les a utilisés comme cadre pour développer le concept de notre programme d’enseignement du Do.


Les arts martiaux au 21e siècle

Comment pouvons-nous reconnaître un vrai artiste martial ? Celui-ci :

  • fait preuve de respect pour la vérité,
  • fait preuve de respect envers son maître,
  • vit selon de principes moreaux solides.

Faire preuve de respect pour la vérité signifie faire preuve d’intégrité.

Dans la tradition des arts martiaux, nous devons respect et loyauté à nos maîtres pour avoir partagé leurs connaissances avec nous et pour nous avoir aidés à progresser dans notre art martial. Les vrais artistes martiaux reconnaissent l’importance de perpétuer cette tradition.

Faire preuve de respect envers son maître signifie lui être loyal et reconnaissant

À la base, le respect est inculqué par l’application des règles de protocole et l’atmosphère authentique de l’art martial peut se développer à l’intérieur du dojang à travers l’introduction aux rituels traditionnels.

Cependant, le respect entre les élèves et les instructeurs doit être mutuel. Sous aucune circonstance, un maître ne doit profiter de la loyauté de ses élèves pour son intérêt personnel.




Il est important de comprendre que respect ne signifie pas obéir aveuglément. À mesure qu’un élève acquiert des connaissances et de l’expérience, il doit s’efforcer à vivre sa vie selon des principes moraux, en particulier les valeurs enseignées par le Do. S’il devient évident aux yeux d’un élève que son instructeur n’applique pas ces principes dans certaines situations, l’élève n’a pas à lui obéir et il a droit de lui en faire part, dans la mesure où il le fait de façon respectueuse. Si l’instructeur ne répond pas de façon satisfaisante, il peut être nécessaire que l’élève soulève ce problème à un palier supérieur dans l’ITF.

Je suis ravi de constater que la grande majorité des maîtres de l’ITF comprennent l’importance de leur rôle de guide envers leurs élèves. Ils appliquent le Do dans leur vie quotidienne, ils enseignement à leurs élèves à corriger le mal pour faire le bien et ils agissent de façon juste, ils réalisent que de cette façon ils maintiennent de bonnes relations avec leurs élèves. Et ils continuent à donner de bons exemples à leurs élèves!

Vivre votre vie selon des principes moraux solides signifie connaître la différence entre le bien et le mal. Cela veut dire toujours faire ce qui est bien, même quand c’est difficile.

Un vrai artiste martial utilise ses aptitudes de combat pour se défendre et défendre les autres. Même s’il devait risquer sa vie, il agit toujours selon ses principes.

Il demeure toujours humble, plutôt que d’essayer d’impressionner avec ses habiletés. Il tâche de toujours garder le contrôle de soi et de ne jamais faire preuve d’agressivité et de violence.

Sa conscience lui indique de se battre pour faire régner la justice.

Il travaille à bâtir un monde meilleur où règnent la liberté et la justice.

Un précédent Message du président abordait ce sujet en mars-avril 2005. Cliquez ici pour le consulter.


Au 21e siècle

Nous vivons au début du 21e siècle, et le monde a énormément changé depuis le début du développement des premiers arts martiaux il y a plusieurs siècles, et même depuis que Général Choi a jeté les bases du Taekwon-Do en 1945. Toutefois, ce qui n’a pas changé pour le développement d’authentiques arts martiaux que nous devons reconnaître, c’est l’importance que tout art martial possède une bonne structure d’organisation et de hauts standards de qualité.

La mission de l’ITF est de promouvoir le Taekwon-Do en tant qu’art martial et de rendre son enseignement disponible à travers le monde.

L’ITF est une organisation d’art martial et non de sport. Cela devient évident en lisant les documents officiels tels la Constitution et le Règlement No1, et en assistant à des événements de l’ITF. La structure et les opérations de l’ITF sont démocratiques, mais l’esprit de l’organisation et son opération reflètent les valeurs traditionnelles des arts martiaux.

Cliquez ici pour lire les articles de nos documents officiels en lien avec ce message.

Note : Afin de faciliter l’enseignement du véritable art martial qu’est le Taekwon-Do ITF, une de nos priorités est de développer le Code d’éthique de l’ITF.


In conclusion…

Les arts martiaux ont continué d’exister pendant des siècles parce qu’ils répondent à certains besoins fondamentaux de la personne. Ils sont encore plus populaires de nos jours, car ils répondent aux besoins des gens du 21e siècle.

Il est important d’apprendre à devenir de véritables artistes martiaux, pas seulement en apparence.

Croyez-vous être en train de devenir un véritable artiste martial? Faites-en votre objectif!

Je vous encourage à continuer d’étudier et de vous entraîner afin de profiter pleinement des richesses du Taekwon-Do, un vrai art martial!

Je crois fermement que notre ITF deviendra une organisation encore plus importante dans l’avenir, dans la mesure où nous faisons preuve d’initiative et de détermination à enseigner notre art en collaboration avec les secteurs d’éducation et de santé afin de bénéficier de meilleures ressources et de pouvoir pénétrer de plus grands marchés.

En tant que membres de l’ITF, vous devez honorer votre promesse de bâtir un monde meilleur en travaillant au profit de votre société. C’est ainsi que vous deviendrez de véritables artistes martiaux!


Maître Trân, Triêu Quân

Président de l’ITF
Californie, États-Unis – 2 juillet 2008

Author:
Date: 2011-06-13 21:08:13
Times it has been read:: 2249
  • Usuarios